Péri-implantite 1/3 : rappel anatomo-hiostologique et définitions.

 

Afin d’avoir le recul nécessaire face à la thématique complexe qu’est la péri-implantite, nous avons jugé utile de faire un rappel anatomo-histologique des tissus parodontaux et péri-implantaires ainsi que des pathologies parodontales et péri-implantaires afin de mieux comprendre la physiopathologie de la péri-implantite.

Nous consacrerons le second article de cette série à la péri-implantite même, ses données épidémiologiques, les différents moyens de diagnostic ainsi que les différents facteurs à risque.

Enfin , le dernier article concernera les thérapeutiques curatives et préventives.

Tissus parodontaux et péri-implantaires

La gencive

Il s’agit de l’un des tissus mous constituant le revêtement de la cavité buccale. C’est une entité epithélio-conjonctive kératinisée (sauf dans la région du col inter dentaire) qui s’étend de sa partie marginale à la ligne muco-gingivale. Son épaisseur est de l’ordre d’un millimètre. Elle dépend essentiellement de la hauteur de gencive, du type et de la position des dents.

Le parodonte profond

Celui-ci est constitué de :

  • Cément.
  • Ligament alvélo-dentaire (Desmodonte).
  • L’os alvéolaire.

Il est séparé de la gencive par l’espace biologique.

L’espace biologique

Il est défini par Maynard, Wilson et Gargiulo et al en 1961 comme l’espace nécessaire pour loger le système d’attache parodontale superficielle et ils détaillent avec soin sa composition et ses dimensions moyennes.

L’espace biologique est compris entre le fond du sulcus dentaire et le sommet de la crête osseuse. Cet ensemble cercle tout le tour de la dent sur une hauteur de 2mm.

Il est composé par deux structures distinctes qui se font suite et qui sont :

  • L’attache épithéliale ou épithélium de jonction d’une hauteur de 0.97mm.
  • L’attache conjonctive ou fibres gingivo-cémentaire d’une hauteur de 1.07mm.

 

Parodonte profond et Espace biologique.

 

Schroeder et coll ont décrit les orientations des fibres gingivales et ont confirmé la présence des conformations suivantes :

Fibres dento-gingivales, dento-périostées, alvéolo-gingivales et les groupes de fibres périostéo-gingivales qui fixent la gencive aux dents et à l’os ; fibres inter papillaires qui connectent les papilles interdentaires vestibulaires et orales, et transgingival circulaire ou semi-circulaire et faisceaux de fibres transeptales qui relient les dents les unes aux autres.

La présence de ces différentes fibres rend l’attache epithéliale et conjonctive relativement résistante aux agressions externes et protège ainsi le parodonte profond.

Tissus péri-implantaires

Les tissus péri-implantaires sont constitués de tissus entourant les implants dentaires :

Tissus durs péri-implantaires et  ostéointégration

Os alvéolaire entourant l’implant dentaire

L’implant est maintenu dans l’os grâce au phénomène de l’ostéointégration. Ce phénomène a été décrit en 1969 par le Dr. Branemark. Il est considéré comme une ankylose fonctionnelle due à la formation d’un nouvel os  sur la surface de l’implant suivant un processus d’ossification membraneuse. Ce contact intime entre l’os et la surface de l’implant est le résultat escompté de toute chirurgie implantaire. Cependant, cette ossification diminue grandement la mobilité de l’implant du fait de l’absence de ligament, contrairement à une dent naturelle.

Tissus mous

Aussi connus sous le nom de muqueuse péri-implantaire

La muqueuse péri-implantaire forme une barrière entre le milieu buccale et le tissu osseux péri-implantaire. Il consiste en une attache épithéliale contenant des fibres circulaires retenant les tissus autour de la région transmuqueuse des implants.  Le tissu conjonctif sous-jacent est peu vascularisé et riche en fibroblastes qui s’interposent entre les fibres de collagène.

Les fibres du tissu conjonctif sont principalement organisées sous une forme circulaire et orientées dans une direction parallèle à la surface de l’implant. Contrairement aux structures dentaires, il n’y a pas de fibres perpendiculaires à la surface de l’implant.

 

Différence entre tissu jonctionnel naturel et implantaire.

 

Différence entre tissus parodontaux et Péri-implantaire.

Maladie parodontales et péri-implantaires

La santé parodontale et péri-implantaire se caractérisent par l’absence d’inflammation, de saignement spontané ou au sondage ainsi que l’absence de suppuration.

Mucosite et gingivite

La mucosite péri-implantaire a été définie durant le premier Workshop européen de parodontologie comme étant une réaction inflammatoire réversible des tissus péri-implantaires. Elle est caractérisée par la rougeur, le gonflement et le saignement de la muqueuse peri-implantaire. La gingivite, quant à elle, touche les gencives et possède le même tableau clinique.

Parodontite

C’est une pathologie d’origine infectieuse qui touche les tissus de soutien de la dent. Elle se caractérise par une inflammation gingivale évolutive avec une destruction des tissus de soutien de la dent, que sont l’os et les ligaments alvéolaires, entraînant une mobilité dentaire pouvant conduire à la perte des dents.

Péri-implantite

La péri-implantite est une affection pathologique des tissus péri-implantaires associée à la plaque dentaire, caractérisée par une inflammation de la muqueuse péri-implantaire et une perte progressive de l’os de soutien.  Les sites de péri-implantites présentent des signes d’inflammation : au sondage, suppuration, formation de poches, récession de la muqueuse et une perte osseuse radiographique.

 

Saïd BOUTOUGHMAS

Dentiste et chargé de qualité et affaires règlementaires chez HYGITECH.

 


Sources

Borghetti A, Monnet-Corti V : Chirurgie plastique parodontale. 2e édition. 2-RATEISCHAK H & E.M., WOLF H.F., HASSELL T.M. Atlas de parodontologie Paris : Flammarion, 1985.

De Rosentiel, Land, Fujimoto : Contemporary fixed prosthodontics, fifth edition, 2016

Ivanovski S, Lee R : Comparison of peri-implant and periodontal marginal soft tissues in health and disease. Periodontol 2000. févr 2018;76(1):11630.

Chai WL, Razali M, Moharamzadeh K, Zafar MS : The hard and soft tissue interfaces with dental implants. In: Dental Implants [Internet]. Elsevier; 2020 [cité 20 avr 2021]. p. 173201.

Zitzmann NU, Berglundh T : Definition and prevalence of peri-implant diseases. J Clin Periodontol. sept 2008; 35:286‑91.

Berglundh T, Armitage G, Araujo MG, Avila-Ortiz G, Blanco J, Camargo PM, et al : Peri-implant diseases and conditions. J Periodontol. juin 2018;89: S313‑8.